fbpx

SON NOM ET SA NOBLE LIGNEE

Né 28 ans avant l’Hégire, il est Az-Zubayr Ibn Al-cAwwâm Ibn Khuwaylid Ibn Asad Ibn Abdil-cUzzâ Ibn Qusayy Ibn Kilâb, le Qurayshite des Banû Asad.

Abû cAbdillah est l’apôtre et le cousin du messager d’Allah. Il est en effet le fils de Safiyah Bint cAbdil-Muttalib, l’une des tantes paternelles du prophète (). Il est de surcroit l’un des dix compagnons à qui le prophète a promis le Paradis de son vivant, et l’un des six à se consulter sur le successeur du deuxième calife de l’Islam – cUmar Ibn Al-Khattâb – après l’assassinat de ce dernier.
Né 28 ans avant l’Hégire, Az-Zubayr fut à l’âge de 15 ans, l’un des tous premiers à embrasser l’Islam à La Mecque. Sa conversion se fit par l’entremise d’Abû Bakr. Il sera torturé par son peuple qui n’avait pas accepté sa conversion à l’Islam. Son oncle le ligotait et le mettait à terre sur un tapis, puis il l’enfumait afin qu’il retourne à la mécréance. Cependant Az-Zubayr restait ferme et continuait à dire : « Jamais je ne retournerais a la mécréance ! ».

 

SON EMIGRATION

Az-Zubayr fut de ceux qui émigrèrent en Abyssinie, fuyant pour leur religion. Il épousa Asmâ’, la fille d’Abû Bakr, puis il émigra à Médine. Là-bas Asmâ’ mettra au monde le premier né-musulman : cAbdullah Ibn Az-Zubayr. Plus tard, elle mettra au monde Muscab.

 

LES QUELQUES HADITHS RAPPORTES PAR AZ-ZUBAYR.

Az-Zubayr s’attachait à rester constamment avec le Messager d’Allah (). Pour autant, il n’a pas rapporté beaucoup de hadiths de ce dernier. Parmi les rares paroles prophétiques rapportées qu’il a rapportées, on peut citer celle qu’il a relatée quand son fils cAbdullah lui a demandé :
– « Pourquoi est-ce que tu ne rapportes pas de hadiths du messager d’Allah, comme le fait Ibn Mascûd et comme le fait Untel et Untel ? »

– Az-Zubayr répliqua : « C’est vrai que je ne l’ai pas quitté depuis que je me suis converti à l’Islam, mais je l’ai entendu dire : « Que quiconque ment sur moi délibérément prépare sa place en Enfer. » »

 

QUELQUES-UNES DE SES VERTUS

1– Il fut le premier musulman à dégainer son épée pour la cause d’Allah. cUrwah et Ibn Al-Musayyib ont dit : « Le premier homme à dégainer son épée pour la cause d’Allah fut Az-Zubayr. Ceci eut lieu lorsqu’un jour, le diable insuffla aux musulmans que le Messager d’Allah () avait été capturé par les Mecquois. Az-Zubayr se mit alors, l’épée à la main, à passer les gens en revue. Cependant, le Prophète était, sain et sauf, en haut de la Mecque ».

2– Il était l’apôtre du Messager d’Allah (). Il fut relaté par Jâbir Ibn cAbdillah que le jour [de l’attaque] des Coalisés, le prophète () demanda :
– « Qui m’apportera des nouvelles de l’ennemi ? »
– Az-Zubayr dit : « Moi ».
– Le prophète répéta : « Qui m’apportera des nouvelles de l’ennemi ? »
– Az-Zubayr répéta de nouveau : « Moi ».
– Le Prophète () dit alors : « Chaque prophète a un apôtre, et mon apôtre à moi, c’est Az-Zubayr. »

3– Un jour, des anges qui avaient son apparence sont descendus. cUrwah Ibn Az-Zubayr () relate que : « Az-Zubayr portait le jour de Badr un turban jaune et Jibrîl descendit sous son apparence. »

4- Le jour de Qurayzhah, le Messager d’Allah () lui a dit qu’il était plus cher que ses deux parents. En effet, cAbdullah Ibn Az-Zubayr () relate que son père Az-Zubayr a dit : « Le Messager d’Allah (), m’a réuni ses deux parents le jour de Qurayzhah. Il m’a ainsi dit : « Tu m’es plus cher que mon père et ma mère . »

 

AZ-ZUBAYR A LA BATAILLE DE BADR

Le jour du discernement (le jour de Badr), Az-Zubayr fut l’un des assaillants les plus fougueux de l’Islam et l’un de ses héros. Il était sur le flanc droit de l’armée et ce jour-là, il tua cUbaydah Ibn Sacîd Ibn Al-cÂs, As-Sâ’ib Ibn Abî As-Sâ’ib Ibn cÂbid ainsi que son propre oncle : Nawfal Ibn Khuwaylid Ibn Asad.

 

QUELQUES ASPECTS DE SON ETHIQUE

Il était de nature à s’en tenir scrupuleusement aux commandements du Messager d’Allah (). cUrwah () relate qu’un jour, un homme des Ansars attaqua Az-Zubayr en justice en se plaignant de lui au Prophète () au sujet de la crevasse d’Al-Harrah grâce à laquelle ils irriguaient leurs palmeraies. L’Ansârî avait demandé à Az-Zubayr de laisser l’eau passer mais celui-ci avait refusé. Les deux hommes allèrent donc régler leur différend devant le Prophète () qui dit à son cousin :
– « Zubayr, irrigue ta palmeraie puis laisse l’eau prendre son cours jusqu’à chez ton voisin ».

Mais l’Ansârî, insatisfait de ce jugement, se mit en colère et dit :
– « C’est parce que c’est ton cousin {que tu le favorises} ».

Le visage du Messager d’Allah () changea alors de couleur, puis il dit :
– « Zubayr, irrigue ta palmeraie puis bloque l’eau jusqu’à ce qu’elle remplisse cette dernière. »

Az-Zubayr () dira plus tard : « Par Allah, je pense que ce verset :  Non ! Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes…  a été révélé à cette occasion.

 

AZ-ZUBAYR IBN AL-CAWAM ET SA CONFIANCE EN ALLAH

Sa confiance en Allah était la source de sa générosité, de son courage et de son sens du sacrifice. Lorsqu’il allait au combat pour faire don de sa vie, il chargeait son fils cAbdullah () d’honorer ses dettes en lui disant :
– « Si tu n’arrives pas à payer une dette, demande l’aide de mon Maître. »
– « De quel maître parles-tu ? » lui demandait cAbdullah.
– « Allah » répondit-il « Quel excellent Maître et quel excellent Secoureur ! ».

cAbdullah () dira plus tard : « Par Allah, à chaque que j’avais du mal à rembourser l’une de ses dettes, je disais : « Ô Maître d’Az-Zubayr, honore sa dette », et Allah l’honorait ».

 

EXEMPLE DE HADITH RAPPORTE PAR AZ-ZUBAYR

D’après Az-Zubayr Ibn Al-cAwwâm, le Messager d’Allah () a dit :
– « Gardez-vous des maux des communautés avant vous : l’envie et la haine. La haine c’est un rasoir, certes pas un rasoir qui rase les cheveux, mais qui rase la religion. Par celui qui détient mon âme dans Sa main, vous ne croirez réellement que lorsque vous vous aimerez les uns les autres. Ne vous informerais-je pas d’une chose que si vous la mettez en pratique, vous vous aimerez les uns les autres ? Propagez le Salam entre vous ».

 

AZ-ZUBAYR ET LA BATAILLE D’AL-JAMAL

Après la mort en martyr de cUthmân Ibn cAffân, Az-Zubayr et Talhah prêtèrent, à l’instar de la majorité des musulmans, allégeance à cAlî.

Tous deux se rendirent à La Mecque afin d’y accomplir une cUmrah. Ensuite, à partir de là-bas, ils prirent la direction d’Al-Basrah dans le but de venger cUthmân. En l’en 36 de l’Hégire, la bataille d’Al-Jamal eut lieu avec Talhah et Az-Zubayr () dans un camp et cAlî () dans l’autre.

Ce dernier ne pourra retenir ses larmes quand il verra que cÂïshah (), la mère des croyants, était elle-même venue à la bataille dans son palanquin soutenir Az-Zubayr et Talhah contre lui. Il cria alors à Talhah :
– « Talhah ! Tu es venu combattre avec la femme du Messager d’Allah () en laissant la tienne à la maison ?! » Puis il s’adressa à Az-Zubayr :

– « Zubayr, je te supplie par Allah de me répondre. Te souviens-tu du jour où nous étions à tel endroit et que le messager d’Allah passa près de nous et te demanda : « Ô Zubayr, n’aimes-tu pas cAlî ? » et que tu répondis : « Bien sûr, j’aime mon cousin de père et de mère, et je l’aime d’autant plus qu’il a la même religion que moi. », et que le prophète () dit alors : « Ô Zubayr, par Allah, tu le combattras injustement. »

– « C’est vrai » dit Az-Zubayr : « Je me souviens maintenant, j’avais complètement oublié. Par Allah je ne te combattrai pas. »

Talhah et Az-Zubayr () cessèrent alors sur le champ de participer à cette bataille. Mais les deux grands compagnons paieront de leur vie ce retrait. Ils rejoindront leur Seigneur, heureux de leur décision. Az-Zubayr () sera suivi, sur le chemin du retour, par un homme nommé cAmr Ibn Jarmûz qui le tuera traîtreusement pendant qu’il priait. Quant à Talhah (), Marwân Ibn Al-Hakam lui décochera une flèche mortelle qui mettra fin à ses jours.

 

LA MORT EN MARTYR D’AZ-ZUBAYR

Alors qu’il avait fait halte à un endroit dit « Wâdî As-Sibâc » (« la vallée des bêtes féroces ») pour y prier, Ibn Jarmûz surgit par derrière et le poignarda à mort. Fier de son geste, le meurtrier se précipita chez cAlî lui annoncer la « bonne nouvelle » de son crime contre Az-Zubayr et posa l’épée qu’il lui avait subtilisée devant lui.

Cependant, quand on annonça à cAlî la mort d’Az-Zubayr et que son assassin était à la porte attendant la permission d’entrer, il hurla et ordonna qu’on l’expulse en disant :
– « Annonce à celui qui a assassiné le fils de Safiya qu’il sera en Enfer ».

Puis, quand on lui présenta l’épée d’Az-Zubayr, il fondit en larmes et dit : « Par Allah c’est une épée dont le propriétaire a protégé de si nombreuses fois le Messager d’Allah (). »

Puis, après avoir enterré les deux hommes, cAlî leur dit adieu et conclut par ces mots :
– « J’espère vraiment être avec Talhah, Az-Zubayr et cUthmân parmi ceux qu’Allah a évoqué dans ce verset :  Et Nous aurons arraché toute rancune de leurs poitrines : et ils se sentiront frères, faisant face les uns aux autres sur des lits . 

Puis Il regarda leur tombe et ajouta : « J’ai entendu de mes oreilles le Messager d’Allah () dire : « Talhah et Az-Zubayr seront voisins au Paradis. » Az-Zubayr Ibn Al-cAwwâm fut assassiné le mois de Jumâdâ 1er de l’an 36 de l’Hégire, a l’âge de soixante-six ou soixante-sept ans.


سِيرَةُ الزُّبَيْرِ بْنِ الْعَوَّامِ ()
باللغة الفرنسية
ألّفها : د. راغب السرجاني
-حفظه الله-
ترجمة : عمر أبو عبد الله المغربي
مراجعة : قسم الترجمة الفرنسي لدار اﻹسلام
1435/2013

 


Source: https://www.islamland.com/fre/articles/biographie-de-lillustre-compagnon-az-zubayr-ibn-al-awwam