fbpx

Étymologie et définition du mot Ange

L’Imâm Muhammad Ibn Jarîr At Tabarî -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Ce mot « malâ’ika » est le pluriel du mot « malak », ou plus exactement c’est le pluriel du mot « mal°ak », bien que ce dernier soit plus rarement employé et que l’habitude fut prise de prononcer ce mot sans le hamza […]. « Mal’ak » a pour origine le verbe « la’aka » qui signifie « envoyer un message » (malâ’aka). Les Anges ont alors été appelés « makâ’ika » parce qu’ils sont les messagers entre Allâh et Ses Prophètes. » [Source : Al Jâmi‘u l-Bayân Fî Tafsîr-i l-Qur’ân.]

 

La nature des Anges

Muhammad Ibn Râfi‘ et ‘Abd Ibn Humayd rapportèrent que ‘Abd ar-Razzâq rapporta d’après Mu‘ammar, d’après Az Zuhrî -qu’Allâh leur fasse Miséricorde-, d’après ‘Urwah [Ibn Az Zubayr] qui rapporta que ‘Âïshah -qu’Allâh l’agrée- a dit : « Le Messager d’Allâh -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit : « Les Anges ont été créés de lumière, les jinns ont été créés d’un feu sans fumée, et Âdam fut créé par ce qui vous a été dit (l’argile). ». [Rapporté par Mouslim]

 

Les anges adorent Dieu sans jamais lui désobéir

Allâh -Ta‘âlâ- dit :
« Et ceux qui sont auprès de Lui (les anges) ne se sentent nullement trop grands pour L’adorer et n’en éprouvent ni ennui ni lassitude. Ils proclament Sa gloire et Sa pureté la nuit et le jour, sans arrêt. »
(Sourate 21, verset 19-20)

« Ceux qui sont auprès de Ton Seigneur (les anges) chantent Sa Gloire de nuit et de jour sans éprouver le moindre ennui. »
(Sourate 41, verset 38)

« Ils craignent leur Seigneur-et-Maître d’au-dessus d’eux et ils font ce qu’on leur ordonne de faire. »
(Sourate 16, verset 50)

Selon Abou Dahrr -qu’Allâh l’agrée-, le Messger de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- dit : « Je vois ce que vous ne voyez pas : le ciel gémi sous le poids de son fardeau et il a raison de gémir. Il n’y pas au ciel la place de quatre doigts où il n’y ait pas un Ange posant le front par terre, prosterné devant Dieu exlaté. » [Rapporté par At-Tirmidhi]

Jabir -qu’Allâh l’agrée- rapporte que le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- dit : « Il n’y pas, dans les sept cieux, l’espace d’un pied, ni d’une paume, ni d’un pouce, où il n’y ait un Ange debout, à genoux ou prosterné. » [Rapporté par At-Tabarani]

 

Les anges prient pour les croyants et demandent pardon et miséricorde pour eux

Allâh -Subhânahu wa ta‘âlâ- dit :
« C’est Lui qui vous bénit ainsi que Ses anges fin de vous sortir des ténèbres à la lumière. Il est infiniment miséricordieux pour les Croyants. »
(Sourate 33, verset 43)

 

Ils ne sont ni de sexe masculin ni de sexe féminin

Allâh -Subhânahu wa ta‘âlâ- dit :
« Et ils fairent des anges qui sont les serviteurs du Tout Miséricordieux des [êtres] féminins! étaient-ils témoins de leur crétion? Leur témoignge sera alors inscrit; et ils seront interrogés. »
(Sourate 43, verset 19)

Les anges ne peuvent être qualifiés ni de créatures masculines, ni même de créatures féminines. En effet, cette différenciation de sexe est caractéristique aux espèces qui ont le besoin de se reproduire, qu’ils soient du monde animal, végétal ou autre. Ce qui n’est pas le cas des anges.

 

Ils sont dotés d’ailes

Allâh -Ta‘âlâ- dit :
« Louange à Dieu, Créateur des cieux et de la terre, qui fit des anges des messagers dotés de deux, trois, ou quatre ailes. »
(Sourate 35, verset 1)

 

Et des bras

Allâh -Ta‘âlâ- dit :
« Si tu voyais les injustes lorsqu’ils seront dans les affres de la mort, et que les anges leur tendront les mains (disant) : « Lissez sortir vos âmes. Aujourd’hui vous allez être récompensés par le châtiment de l’humilition pour ce que vous disiez sur Dieu d’autre que la vérité et parce que vous vous détourniez orgueilleusement des Ses enseignements ». »
(Sourate 6, verset 93)

 

Les meilleurs des anges sont ceux qui ont participé à la bataille de Badr

D’après Rifâ’ Ibn Râfi’ -qu’Allâh l’agrée-, Gabriel -‘aleyhi sallâm- se rendit auprès du Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- et lui dit : « Comment considérez-vous ceux qui ont assisté à la bataille de Badr? »

Et le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- de répondre : « Comme faisant partie des meilleurs musulmans ».

Gabriel répliqua : « Tout comme les anges qui ont assisté à la bataille. » » [Rapporté par Al-Boukhâri n°3992]

 

Le nombre des Anges

Allâh -Ta‘âlâ- a dit :
« Nul ne connaît les armées de ton Seigneur mis à part Lui. »
(Sourate 74, verset 31).

L’Imâm Ismâ’îl Ibn Kathîr -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit sur ce passage : « Personne ne connaît leur nombre et personne ne peut les dénombrer excepté Allâh. »[Source : Tafsîr-u l-Qur’ân-i l-‘Azîm].

Quoiqu’il en soit, leur nombre est gigantesque, L’Imâm Ibn Kathir -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- rapporte la parole de l’Imâm Qatâdah Al Basrî -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- qui a dit : « Il nous a été rapporté que le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit un jour à ses Compagnons : « Savez-vous ce qu’est Al Bayt al-Ma’mûr ? »

Ils répondirent : « Allâh et Son Messager en sont mieux informés. »

Il -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- dit alors :« C’est une mosquée se trouvant au ciel, située juste au-dessus de la Ka‘bah au point où, si elle venait à tomber, elle tomberait sur elle. Chaque jour, 70 000 Anges viennent y prier pour ne plus jamais y revenir une fois qu’ils en sortent. ». » [Source : Al Bidâyah wa An Nihâyah].

Al Imâm Ismâ’îl Ibn Kathîr -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit dans son Tafsîr: « Il a été confirmé dans le hadîth parlant de Al Isrâ° qui se trouve dans les deux Sahîh- ainsi que d’autres recueils – que le Messager d’Allâh -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit en décrivant Al Bayt al-Ma’mûr qui se situe au septième ciel :« 70 000 Anges y viennent chaque jour et n’y reviennent jamais […] ». »

Et dans un hadîth rapporté par l’Imâm Sulaymân Ibn Ahmad At Tabarânî -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- ont peut lire : « […]

Chaque jour, 70 000 Anges y entrent mais n’y reviennent jamais […] » [Source : Al Mu’jam Ul Kabîr].

D’après ‘Abdoullah le Messager de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- dit : « On amènera la géhenne ce jour là munie de 70 000 brides, et chaque bride est tiré par 70 000 anges » [Rapporté par Mouslim n°2842]

De plus, mentionnons ce que l’Imâm Ibn Kathîr -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Ceci dit, les 70 000 Anges qui viennent chaque jour pour prier à la Maison très fréquentée (Al Bayt al-Ma’mûr) pour ne jamais y revenir jusqu’à la fin des temps sont formés des seuls habitants du septième ciel. C’est pour cela qu’Il a dit : « Nul ne connaît les armées de ton Seigneur mis à part Lui. » . » [Source : Al Bidâyah wa An Nihâyah].

On voit donc bien que leur nombre est énorme et qu’il est impossible pour nous de les dénombrer. Tout ceci manifeste clairement la Puissance d’Allâh qu’Il soit glorifié et exalté qui a créé les Anges dans une proportion insaisissable.

 

Les Anges peuvent adopter plusieurs apparences physiques

L’Imâm Ismâ’îl Ibn Kathîr -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit :
« Ils ont aussi la capacité de prendre différentes apparences, comme Il l’a dit dans ce verset : « Et quand Nos envoyés arrivèrent chez Lût, il en fut très affligé, car il ne savait pas comment les protéger. Il dit :
« Quelle journée éprouvante ! » Aussitôt, des hommes de son peuple, habitués à commettre les pires turpitudes, se précipitèrent chez lui. Il leur dit alors : « Ô mon peuple ! Voici mes filles ! Elles seraient plus indiquées pour vous. Craignez donc Allâh et ne me déshonorez pas dans la personne de mes hôtes ! N’y a-t-il pas un seul homme sensé parmi vous ?! ». »
[Sourate 11, verset 77-78].

Nous avons rapporté dans notre Tafsîr ce que de nombreux savants ont soutenu, à savoir que les Anges sont apparus au peuple de Lût sous la forme de très beaux jeunes hommes, ceci ayant pour objectif de les éprouver et d’établir contre eux une preuve justifiant leur châtiment.

Aussi, Jibrîl apparaissait au Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- sous diverses apparences. C’est ainsi qu’il venait parfois à lui sous les traits de Dahiyah Ibn Khalîfah Al Kalbî ou bien sous l’apparence d’un bédouin, ou encore avec la véritable apparence dans laquelle il fut créé. Il possède 600 ailes et entre chacune d’elle il y a la distance équivalente à celle existant entre l’orient et l’occident. Il l’a vu sous cette apparence à deux reprises, une fois en descendant du ciel vers la terre, et une fois devant le lotus de la limite, situé devant le Paradis du séjour, comme cela est rapporté dans le Qur’ân :
« C’est un être d’une force prodigieuse qui lui a enseigné, doué d’une sagacité inouïe, qui se manisfesta devant lui sous sa forme angélique alors qu’il se trouvait à l’horizon suprême. »
[Sourate 53, verset 5-8]. »

Source : Al Bidâyah wa An Nihâyah.

Les anges importants

Gabriel

Son apparence rélle

Le Messager de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- dit dans la description de Gabriel : « Je l’ai vu descendre du ciel et bouchant du fait de l’importance de sa corpulence l’espace entre le ciel et la Terre. » [Rapporté par Mouslim n°177]

Selon ‘Abdoullah Ibn Massoud le Messager de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- avait vu Gabriel sous sa vraie image avec 600 ailes dont chacune bouchait l’horizon et de chacune desquelles tombaient des objets de diverses couleurs, des perles et des rubis d’une quantité dont Dieu se réserve la connaissance.

 

Sa visite du Paradis et de l’Enfer

D’après Abou Hourayra (que Dieu l’agrée), le Messager de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit : « Quand Dieu a fini de créer le Paradis et l’enfer, Il envoya Gabriel au Paradis et lui a dit : Regarde-le et ce que j’y ai préparé pour ses habitants. Il s’y présenta et le regarda pour voir ce que Dieu y avait préparé pour ses occupants. Et puis Gabriel retourna à Lui et dit : « Par Ta puissance ! Toute personne qui en aura entendu parler voudra y entrer ». Il donna alors l’ordre de le faire entourer par des choses pénibles puis dit à Gabriel : « va regarder de nouveau ce que j’ai préparé à ses occupants ». Quand il y retourna il eut la surprise de découvrir qu’il était entouré de choses pénibles. Il retourna encore auprès de Lui et Lui dit : « Par Ta puissance ! Je crains que personne n’y entre »
– Il lui dit : « va voir l’Enfer et ce que j’y ai préparé à ses habitants ». Il eut la surprise de découvrir que ses couches se superposaient. Il retourna auprès de Lui et dit : « Par Ta puissance ! Aucune personne qui en aura entendu parler ne voudra y entrer ». Il donna alors l’ordre de le faire entourer par des choses convoitées.

Et puis il lui dit : « va le voir de nouveau ».

Il y retourna puis dit : « Par ta puissance ! Je crains que personne n’y échappe ». » [Rapporté par At-Tirmidhi qui dit « beau et authentique », Al-Hafiz dit « sa chaîne de garants est solide »]

Son aide lors de l’accouchement de ‘Issâ -‘aleyhi sallâm-

Allâh -Subhânahu wa ta‘âlâ- a dit :
« Mentionne, dans le Livre (le Coran), Marie, quand elle se retira de sa famille en un lieu vers l’Orient. Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Gabriel), qui se présenta à elle sous la forme d’un homme parfait. Elle dit : « Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne m’approche point]. Il dit : « Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur ». Elle dit : « Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée, et je ne suis pas prostituée ? »Il dit : « Ainsi sera-t-il ! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée ». Elle devient donc enceinte [de l’enfant], et elle se retira avec lui en un lieu éloigné. Puis les douleurs de l’enfantement l’amenèrent au tronc du palmier, et elle dit : « Malheur à moi ! Que je fusse morte avant cet instant ! Et que je fusse totalement oubliée ! »Alors, il l’appela d’au-dessous d’elle, [lui disant :] « Ne t’afflige pas. Ton Seigneur a placé à tes pieds une source. Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. Mange donc et bois et que ton oeil se réjouisse ! Si tu vois quelqu’un d’entre les humains, dis [lui : ] « Assurément, j’ai voué un jeûne au Tout Miséricordieux : je ne parlerai donc aujourd’hui à aucun être humain ». »
(Sourate 19, verset 16-26)

 

Sa première rencontre avec le Prophète dans la grotte Hîra

‘Aicha radiyoull-Lah `anha a dit : « La Révélation se présenta d’abord au Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- sous forme de visions pieuses qu’il voyait pendant son sommeil. Toutes lui parurent avec une très vive clarté. Puis, il eut de l’inclination à la retraite. Il se retirait alors dans la caverne de Hirâ’, où il se livrait à la pratique d’actes d’adoration durant des nuits consécutives, avant qu’il ne rentre chez lui pour se munir de provisions de bouche. Il revenait ensuite vers Khadîja et prenait les provisions nécessaires pour une nouvelle retraite. Cela dura jusqu’à ce que la Vérité lui fut enfin révélée dans la caverne de Hirâ’. L’archange y vint alors lui dire : « Lis! ».

– « Je ne suis point de ceux qui lisent », répondit-il.

Le Prophète raconta cet événement en ces termes : L’archange me saisit aussitôt, me pressa contre lui au point de me faire perdre toute force, puis me lâcha enfin en répétant : « Lis! ».

– « Je ne suis point de ceux qui lisent », répliquai-je encore.

Cette scène se répéta à deux autres reprises. A la troisième fois, l’archange me dit : « Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l’homme d’une adhérence. Lis! Ton Seigneur est le Très Noble, qui a enseigné par la plume (le calame), a enseigné à l’homme ce qu’il ne savait pas » . » [Rapporté par Mouslim n°231]

 

Son apparition sous forme humaine du temps du Prophète

D’après ‘Omar -qu’Allâh l’agrée- qui a dit : « Pendant que nous étions un jour assis chez le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam-, apparut soudain parmi nous une certaine personne portant des habits tout blancs, ayant des cheveux très noirs ; aucune trace d’un long voyage ne paraissait sur lui et aucun parmi nous ne le connaissait.

Il s’avança et s’assit près du Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam-. Il appuya ses genoux contre les siens, posa les paumes de ses deux mains sur ses deux cuisses et dit : « Ô Muhammad, informe-moi sur l’Islam »

« L’Islam », dit le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- : « c’est que tu témoignes qu’il est pas de dieu sinon Dieu et que Muhammad est l’Envoyé de Dieu, que tu célèbres la prière, que tu donnes l’aumône [Zakât], que tu jeûnes le Ramadane et que tu fasses le pèlerinage de la Maison si tu en as la possibilité. »

L’étranger : « Tu as dit la vérité. »

Nous nous sommes alors étonnés de cette situation : « Il le questionne puis il l’approuve. »

L’étranger : « Informe-moi sur la foi [Imâne]. »

« La foi », dit-il -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- : « c’est que tu croies en Dieu, en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses Envoyés, au Jour Dernier, et que tu croies dans le Décret [Qadar], qu’il s’agisse dans son bien ou de son mal. »

L’étranger : « Tu as dis la vérité », dit-il.

L’étranger : « Informe-moi sur le bel-agir », ajouta-t-il.

« Que tu adores Dieu comme si tu Le voyais. Et si tu ne Le vois pas, Lui te voit. » lui répondit le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam-.

L’étranger : « Informe-moi sur l’Heure (de la résurrection). »

« Celui qui est interrogé n’en sait pas plus sur elle que celui qui l’interroge », lui répondit-il.

L’étranger : « Informe-moi sur ses signes précurseurs. »

« Quand la femme donnera naissance à sa propre maîtresse, et quand tu verras les vas-nu-pieds, les déguenillés et les gueux, gardiens de bêtes, rivaliser dans l’élévation des constructions. » Puis l’homme s’en alla.

Je restais un bon bout de temps sans rien demander sur cette affaire, puis l’Envoyé de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- me dit : « Sais-tu qui est venu m’interroger ? »

Dieu et Son Envoyé le savent mieux que moi, lui dis-je.

« C’est l’Ange Gabriel. Il est venu vous apprendre votre religion. ». » [Rapporté par Mouslim]

L’Ange Jibrîl descend-il sur terre malgré la fin de la révélation ?

L’Imâm Jalâlu Dîn As-Suyûtî -qu’Allâh lui fasse miséricorde- a dit :
« Il y a chez les gens une idée très répandue selon laquelle l’Ange Jibrîl -‘aleyhi sallâm- ne descendrait plus sur terre après la mort du Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm-. Or ceci n’a aucun fondement.

La preuve en est rapportée par At Tabarânî dans son [Mu’jam] Ul Kabîr selon lequel Maymûnah Bint Sa’d a dit : « J’ai demandé au Messager d’Allâh -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- : « Celui qui se trouve en état d’impureté majeure peut-il se mettre au lit ? » Il répondit : « Je préfère qu’il s’ablutionne avant de se coucher, de crainte qu’il ne meure sans que Jibrîl soit présent auprès de lui. ». » [Rapporté par Al-Bukhârî, Muslim, Ibn Mâjah et Ibn Hanbal]

On trouve là l’indication que Jibrîl continue de descendre sur terre pour assister à la mort de chaque croyant en état de pureté rituelle.

J’ai également trouvé un autre hadîth qui mentionne la descente de Jibrîl [postérieurement à la révélation du Qur’ân]. Il est rapporté à la fois par Abû Nu’aym dans son Kitâb Ul Fitan d’après Hammâd, et par At Tabarânî d’après Ibn Mas’ûd :
Décrivant le dajjâl, le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit : « Il passera près de Makkah où il trouvera une barrière extraordinaire [qui lui barrera le chemin]. Le dajjâl lui demandera : « Qui es-tu ? », et la créature lui répondra : « Je suis Mikâîl. Allâh m’a envoyé pour t’empêcher d’atteindre Son enceinte sacrée. »Puis le dajjâl passera ensuite près de Madînah où il trouvera une créature extraordinaire [qui lui barrera également le chemin]. Le dajjâl lui demandera : « Qui es-tu ? », et la créature lui répondra : « Je suis Jibrîl. Allâh m’a envoyé pour t’empêcher d’atteindre Son enceinte sacrée. ». »

Et j’ai également lu ce commentaire fait par Ad Dahhâk à propos de la parole de L’Exalté : « C’est au cours de cette nuit que descendent, avec la permission de leur Seigneur, les Anges ainsi que l’Esprit Saint afin d’exécuter tout ordre Divin. » [où il dit] : « L’Esprit désigne ici Jibrîl, qui descend chaque année lors de la nuit du destin (laylat ul qadr) en compagnie d’autres Anges, ceci afin de saluer les Musulmans. ». »

Source : Nuzûl ‘Îsâ fî Âkhiru Zamân.

 

Mikâil

D’après Anas Ibn Mâlik -qu’Allâh l’agrée-, le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- dit à Jibrîl : « « Comment cela se fait-il que je n’ai jamais vu Mikâil rire ? »

Jibrîl répondit : « Il ne rit plus depuis que l’Enfer a été créé ». » [Rapporté par Ahmad 3/224. Al-Albânî le juge hasan dans ilsilatul-Ahâdîthis-Sahîhah n°2511]

 

Isrâfîl

Abou Salama Ibn Abd Rahman Ibn Awf -qu’Allâh l’agrée-a dit : « J’ai interrogé Aïcha, la mère des croyants (en ces termes) : comment le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- ouvrait sa prière quand il se levait au cours de la nuit ? ». Elle dit : quand il s’était levé, il débutait sa prière (ainsi) : « Mon Seigneur, maître de Gabriel et de d’Israfil, créateur des cieux et de la terre, connaisseur de l’invisible et du visible ; Tu jugeras les différends opposant Tes serviteurs. Guide-moi vers la vérité dans les différends grâce à Ta permission. Tu guides qui Tu veux dans le droit chemin. » » [Rapporté par Mouslim n°270]

 

Il est l’Ange chargé de souffler dans la Corne pour le Jour du Jugement Dernier

Le Messager de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit : « Comment pourrais-je éprouver de la quiétude alors que l’ange chargé de souffler dans la trompette l’a déjà mise à la bouche et attend qu’autorisation lui soit donnée de souffler pour qu’il le fasse ?! ». » [Rapporté par At-Tirmidhi]

 

Mâlik

L’Ange Mâlik est chargé de l’Enfer

« et ils crieront : « ô Malik! que ton Seigneur nous achève!  » Il dira : « En vérité, vous êtes pour y demeurer [éternellement] »! »
(Sourate 43, verset 77)

Samoura Ibn Joundoub -qu’Allâh l’agrée- rapporte : « Un matin le Messager de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- nous dit : « Nous reprîmes notre marche et passâmes devant un homme à l’aspect hideux (ou le plus hideux qu’on ait jamais vu). Or voilà qu’il avait devant lui un feu qu’il attisait tout en tournant autour de lui.

Je leur dis : « Qu’est cet homme? » […]

Il dirent: « L’homme à l’aspect hideux qui se tenait prés du feu qu’il attisait et autour duquel il tournait, c’est Mâlik, l’Ange Gardien de l’Enfer ». » [Rapporté par Al-Boukhâri]

 

L’ange Mâlik le gardien de l’Enfer, et ses 19 compagnons

L’Imâm ‘Abd ar-Rahmân Ibn Rajab Al Hanbalî -qu’Allâh lui fasse miséricorde- a dit :
« Allâh a dit :
« Et ils sont 19 gardiens à y veiller. Nous n’avons pris comme gardiens de l’Enfer que des Anges. Et Nous n’en avons précisé le nombre que pour jeter un trouble dans l’esprit des négateurs, fortifier la conviction des gens des écritures et renforcer la foi des croyants […] »
(Sourate 74, verset 31) .

Aussi, Allâh qualifie les gardiens de l’Enfer comme étant durs et inflexibles. Il a dit à ce sujet :
« Ô vous qui croyez ! Préservez vos personnes et vos familles de l’Enfer qui se nourrit d’hommes et de pierres, et dont la garde est assurée par des Anges inflexibles et sévères, qui ne désobéissent jamais à leur Seigneur et qui exécutent tout ce qu’Il leur ordonne. »
(Sourate 66, verset 6).

De même, Allâh a dit :
« Ils (les habitants de l’Enfer) supplieront : « Ô Mâlik ! Que Le Seigneur nous achève ! », mais l’Archange [Mâlik] répondra : « Vous êtes ici pour l’éternité. ». »
(Sourate 43, verset 77).

Or, Mâlik le gardien de la Géhenne. Il est plus exactement le gardien en chef de la Géhenne. Le Messager d’Allâh -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- l’avait vu au cours de la nuit de son ascension, et c’est Mâlik qui l’a salué en premier. C’est ce qui est rapporté dans le recueil de Muslim d’après la transmission de Abû Hurayrah -qu’Allâh l’agrée-. De même, le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- l’avait vu en rêve et on rapporte que son visage est terrifiant, tel que l’indique le hadîth transmis par Sumrah Ibn Jundûb.
Et Allâh (qu’Il soit glorifié et exalté) a dit également :
« Et qu’il appelle les siens à son secours ! Nous ferons appel, à Notre tour, aux gardiens de l’ordre (az zabâniyyah) ! »
(Sourate 96, verset 17-18].

Abû Hurayrah -qu’Allâh l’agrée-que « Az Zabâniyyah, les gardiens de l’ordre » sont les Anges [de l’Enfer]. »

Source : At Takhwîf min An Nâr wa At Ta‘rîf bi Hâli Dâr Il Biwâr.

 

L’Ange de la mort

L’Imâm Ismâ’îl Ibn Kathîr -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit :
« Quant à l’Ange de la mort, son nom n’est pas cité dans le Qur°ân ni dans les ahâdîth authentiques, mais il est mentionné dans certains récits sous le nom de Azrâ°îl. Et Allâh est plus savant sur cela.

Et L’Exalté a dit :
« Dis : « L’Ange de la mort qui est chargé de vous, recueillera votre âme. Ensuite, vous serez ramenés à votre Seigneur. ». »
(Sourate 31, verset 11).

L’Ange de la mort a des auxiliaires qui saisissent l’âme de l’homme et le font sortir du corps jusqu’à ce qu’elle atteigne la gorge [du mourant] ; l’Ange de la mort la prendra alors de sa main et les auxiliaires la saisiront selon ce qui lui conviendra. Comme il a été dit dans ce verset :
« Allâh affermit ainsi les croyants par de fermes propos dans la vie présente et dans la vie future […] »
(Sourate 14, verset 27).

Ensuite, ils la feront monter vers les cieux ; si cette âme est vertueuse, les portes du ciel lui seront ouvertes, sinon elles se fermeront devant elle et elle sera jetée sur terre. Et L’Exalté a dit :
« Il est Le Maître Absolu de Ses sujets. Il vous envoie des Anges gardiens ; et quand l’heure de l’un de vous aura sonné, Nos émissaires viendront recueillir son âme, sans jamais manquer à leur tâche. Puis les hommes seront ramenés à Allâh, leur véritable Maître de Qui procède toute décision et Qui est Le plus prompt des comptables. »
(Sourate 6, verset 61-62].

D’après Ibn ‘Abbâs -qu’Allâh l’agrée-, Mujâhid -qu’Allâh lui fasse miséricorde- et d’autres, la terre se trouve dans les mains de l’Ange de la mort comme une cuvette dans laquelle il se sert comme bon lui semble. Nous avons aussi rapporté que les Anges de la mort viennent auprès de l’être humain [agonisant] en fonction de ses œuvres ; s’il est croyant, ils viennent à lui avec des visages lumineux, des habits blancs et un parfum agréable; mais s’il est mécréant, ils viennent vers lui avec le contraire de tout cela, et puisse Allâh nous en préserver !

Et Ibn Abî Hâtim -qu’Allâh lui fasse miséricorde- a dit : « Mon père nous a rapporté d’après Yahyâ Ibn Abî Yahyâ Al Maqarî, d’après ‘Amdrû Ibn Shamr, d’après Ja’far Ibn Muhammad, d’après son père [Muhammad Al Baqîr] qui a dit : « Le Messager d’Allâh -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- vit l’Ange de la mort au chevet d’un homme parmi les Ansâr et lui dit : « Ô Ange de la mort ! Soit doux avec mon compagnon, car il est croyant. » L’Ange de la mort lui répondit : « Ô Muhammad, sois sans crainte, car en vérité je suis doux avec tous les croyants. Et sache qu’il n’y a pas sur terre une seule maison, ni un quelconque endroit, qu’il se trouve sur terre ou dans la mer, vers lequel je vais chaque jeudi, et ceci à plusieurs reprises, au point que je connaisse tous leurs petits et tous leurs grands. Par Allâh, ô Muhammad ! Si je voulais saisir l’âme d’un moustique, je ne pourrais le faire tant qu’Allâh ne m’aura pas ordonné de le faire. ». ». »

Ja’far Ibn Muhammad, c’est-à-dire Ja’far As Sâdiq, a dit : « Il m’a été rapporté qu’il leur rend visite aux heures des prières. Si la personne à qui il rend visite afin de saisir son âme est du nombre de celles qui prie avec constance, l’Ange s’approche alors d’elle en repoussant le diable et en lui inspirant de prononcer la shahâdah qui est : « Lâ ilâha illa l-Lâh Muhammadun Raçûlu l-Lâh ». » Cependant, c’est une parole qui prête à discussion.

Nous avons également cité auparavant le Hadîth du Cor par la voie de Ismâ’îl Ibn Râfi’ Al Masanî Al Qass, d’après Muhammad Ibn Ziyâd, d’après Muhammad Ibn Ka’b Al Quradhî, d’après Abû Hurayrah -qu’Allâh l’agrée-, d’après le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm-. Et il est dit dans ce hadîth :
« Allâh ordonnera à Isrâfîl de souffler dans le cor afin d’annoncer le foudroiement, ce qu’il fera. Tous les habitants des cieux et de la terre seront alors foudroyés, sauf ceux qu’Allâh exemptera.

Une fois foudroyés, l’Ange de la mort s’adressera au Tout-Puissant en Lui disant : « Seigneur, les habitants des cieux et de la terre sont morts mis à part ceux que Tu as exemptés. »

Allâh lui répondra, bien qu’Il soit déjà au courant de toute chose : « Que reste-t-il ? »

L’Ange de la mort Lui répondra : « Il reste Toi qui ne meures pas, les porteurs du Trône, Jibrîl et Mikâ’îl. »

Allâh ordonnera alors : « Que meurent Jibrîl et Mikâ’îl ! »

Le Trône parlera alors par la Volonté d’Allâh et dira : « Seigneur ! Jibrîl et Mikâ°îl vont mourir ?! »

Allâh dira : « Tais-toi, car J’ai prédestiné la mort à tous ceux qui se trouvent sous Mon Trône. » Jibrîl et Mikâ’îl mourront alors.
L’Ange de la mort s’adressera à nouveau au Seigneur et Lui dira : « Seigneur, Jibrîl et Mikâ°îl sont morts. »

Allâh lui dira, bien qu’Il soit déjà au courant de toute chose : « Que reste-t-il ? »

Il répondra : « Il reste Toi qui ne meurs pas, ainsi que les porteurs du Trône et moi. »

Allâh ordonnera alors : « Que les porteurs du Trône meurent ! ». Et ils mourront alors.

Allâh ordonnera ensuite au Trône de saisir le cor de Isrâfîl.

L’Ange de la mort s’adressera au Seigneur et Lui dira : « Seigneur, les porteurs du Trône sont morts. »

Allâh lui répondra, bien qu’Il soit déjà au courant de toute chose : « Que reste-t-il ? »

Il répondra : « Il reste Toi qui ne meurs pas et moi-même. »

Allâh dira alors : « Tu es une créature parmi Mes créatures que j’ai créé dans un objectif déterminé, meure donc ! »

Il mourra alors, et il ne restera qu’Allâh, L’Unique, Le Dominateur, L’Un, L’Immuable, qui n’a pas été engendré et n’a pas engendré,

et à qui rien ne ressemble. Il sera ainsi Le Dernier tout comme Il fut Le Premier. »
Ce hadîth a également été rapporté par At Tabarânî, Ibn Jarîr et Al Bayhaqî, ainsi que par Abû Mûsâ Al Madinî dans son ouvrage At

Tawalât […] »

Source : Al Bidâyah wa An Nihâyah.

 

Les anges Mounkar et Nakîr

D’après Abou Hourayra -qu’Allâh l’agrée-, le Messager de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit : « Quand le mort est enterré (ou il a dit 🙂 quand l’un d’entre vous est enterré, deux anges noirs-bleus se présentent à lui ; l’un est appelé Mounkar et l’autre Nakir… » [Rapporté par At-Tirmidhi n°1071 et qualifié par Abou Issa de « beau » et « étrange » et jugé « beau » dans Sahih al-Djami n°724]

D’après Anas -qu’Allâh l’agrée- le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit : « Quand un fidèle serviteur est déposé dans sa tombe et que ses compagnons s’en vont et qu’il entend encore le bruit de leur souliers, deux anges se présentent à lui, le mettent assis et lui disent :
– « que dis-tu de cet homme (Muhammad) » ?

– « J’atteste qu’il est l’esclave de Dieu et Son Messager »

– « Regarde le siège qui t’était réservé en enfer. Dieu te l’a remplacé par un siège au Paradis ».

– « Il voit les deux sièges. Quant à l’infidèle ou l’hypocrite, l’un et l’autre répondra :

– Je ne sais pas. Je ne disais que ce que les gens disaient

– Puisses-tu ne rien savoir et ne rien lire ! Ensuite on lui assènera un coup de marteau entre les oreilles et il lancera un cri que ses voisins entendront à l’exception des hommes et des djinns. » [Rapporté par Al-Boukhari n°1273]

Selon Al-Bara Ibn Azib -qu’Allâh l’agrée-, le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit : « Et puis son âme sera ramenée à son corps, et deux anges se présenteront à lui et le mettront debout et lui diront,

– « Qui est ton Maître »

– « Dieu est mon Maître »

– « Quelle est ta religion ? »

– « L’Islam est ma religion »

– « Qu’en est-il de cet homme qui vous a été envoyé ? »

– « Il est le Messager de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- »

– « Comment l’avez-vous su ? »

– « J’ai lu le livre de Dieu et y ai adhéré et cru en lui »

Une clameur dira depuis le ciel : « Mon serviteur a dit vrai. Préparez-lui un lit et des vêtements au Paradis. Ouvrez-lui une porte débouchant sur le Paradis de sorte qu’il pourra en recevoir l’avant-goût et la fraîcheur. On lui élargira sa tombe l’espace d’une vue d’œil, et un homme se présentera à lui pour lui dire ceci : « sois rassuré que ce jour est celui qui t’était promis ».

– « Qui es-tu puisque ton visage présage du bien ? ! »

– « Je suis ta bonne œuvre ! »

– « Maître, fais venir l’Heure pour que je puisse rejoindre ma famille et mes biens »

Quand un serviteur infidèle quitte la vie d’ici-bas pour l’Au-delà, lui viendront du ciel des anges noirs munis de serviettes dures et ils s’installeront à vue d’œil de lui. Puis l’ange de la mort viendra s’asseoir près de sa tête et dira : « ô âme mauvaise ! Sors pour faire l’objet de la colère de Dieu et Son dépit. L’âme se dispersera alors dans son corps. Mais on l’on extraira de manière à déchirer les veines comme une brosse en fer que l’on retire de la laine mouillée. L’ange de la mort la prendra. Et les autres anges s’en saisiront tout de suite et l’envelopperont dans leurs serviettes dures dont se dégagera l’odeur la plus nauséabonde sur terre. Ils remonteront avec cette âme et, chaque fois qu’ils passeront près d’un groupe d’anges ceux-ci diront :
– « Quelle est cette mauvaise âme ? »

– « C’est Un tel fils d’Un tel » en employant les plus désagréables noms dont on l’appelait ici-bas. Et, ce jusqu’à ce qu’ils arrivent au ciel le plus bas. Puis ils en demanderont l’ouverture mais ne l’obtiendront pas ».

Là, le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- récita le verset :
« Pour ceux qui traitent de mensonges Nos enseignements et qui s’ en écartent par orgueil, les portes du ciel ne leur seront pas ouvertes.. »
(Sourate 7, verset 40)

« Allah, le Puissant et Majestueux dira : mettez les écritures concernant mon serviteur dans un registre placé dans la plus basse couche de la terre. Puis ramenez-le sur terre puisque c’est à partir d’elle que J’ai créé les humains et c’est en elle que Je les retournerai et c’est d’elle que je les ressusciterai. Son âme sera jetée alors ».

Selon le rapporteur, le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- récita ce verset :
« quiconque associe à Dieu, c’ est comme s’il tombait du haut du ciel et que les oiseaux le happaient, ou que levent le précipitait dans un abîme très profond. »
(Sourate 22, verset 31).

Il (le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm-) poursuit : « c’est alors que l’âme du défunt sera ramenée à son corps et les anges l’interrogeront en ces termes :
– « Qui est ton Maître ? »

– « Eh bien, eh bien. Je ne sais pas »

– « Quelle est ta religion ? »

– « Eh bien eh bien. Je ne sais pas. »

Une clameur dira depuis le ciel : préparez-lui un lit et des vêtements en enfer. Ouvrez-lui une porte débouchant sur l’enfer. Chaleur et vent brûlant lui viendront de là et sa tombe sera rétrécie de sorte que ses côtes se croiseront. Puis un homme au visage désagréable, aux vêtements désagréables et à l’odeur nauséabonde lui dira : « Sois assuré que ce jour est le mauvais jour qui t’était promis ».

– « Qui es-tu puisque ton visage présage du mal ? »

– « Je suis ta mauvaise œuvre »

– « Maître, ne fais pas venir l’Heure » ». » [Rapporté par Abou Dawoud n°4753, Ahmad n°18063, jugé authentique par al-Albani dans Sahih al-Djami n°1676]

Abou Said al-Khoudri -qu’Allâh l’agrée- a dit : « J’ai assisté à un enterrement en compagnie du Messager de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- et il a dit : « ô gens ! Les membres de cette Umma subiront une épreuve dans leurs tombes. Quand un homme est enterré et que ses compagnons l’ont quitté, un ange se présente à lui un marteau à la main et le met assis et lui dit :
– « que disais-tu de cet homme (Muhammad) ? Si le mort était croyant, il dirait :
– « j’atteste qu’il n’y a pas de divinité en dehors de Dieu et que Muhammad est Son esclave et Messager. » Il lui dit :
– « Tu as dit vrai ».

Et puis on lui ouvre une porte qui débouche sur l’Enfer et lui dit : voilà la place que tu occuperais si tu n’avais pas cru en ton Maître. Maintenant que tu as cru en Lui, voici ta place au Paradis et on lui ouvre une porte qui débouche sur le Paradis. Il voudra se lever pour y aller, mais on lui dira : calme-toi. Et puis on élargira sa tombe. S’il est mécréant ou hypocrite l’ange lui dira :
– « que disais-tu de cet homme ? » Il dira
– « Je ne sais pas ; j’ai entendu les gens dire des choses … » L’ange lui dira :
– « Puisses-tu ne jamais rien savoir, ne rien lire et ne pas bénéficier de la guidance ! »

Et puis on lui ouvrira une porte qui débouche sur le Paradis et lui dira : « voici la place que tu occuperais si tu avais cru en ton Maître. Maintenant que tu n’as pas cru en Lui, Dieu, le Puissant et Majestueux te l’a remplacée par celui-ci et on lui ouvrira une porte qui débouche sur l’Enfer puis on lui assènera un coup de marteau qu’entendront toutes les créatures de Dieu, exception faite des hommes et des djinns… ».

Certaines personnes dirent : « ô Messager de Dieu ! Personne ne voit un ange tenant un marteau à la main sans être paniqué »
Le Messager de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a récité : « Dieu raffermira ceux qui auront cru grâce à la parole stabilisante » . » [Rapporté par Ahmad n°10577, vérifié par al-Albani dans Tahqiq Kitab as-Sunna d’Ibn ‘Assim n°865]

 

Les autres anges

Les anges qui reprennent l’âme

L’ange de la mort

Allâh -Ta‘âlâ- dit :
« Dis : « L’Ange de la mort qui est chargé de vous, vous fera mourir. Ensuite, vous serez ramenés vers Votre Seigneur ». »
(Sourate 32, verset 11)

 

Ses seconds

Allâh -Ta‘âlâ- dit :
« Et lorsque la mort atteint l’un de vous, Nos messagers (les anges) enlèvent son âme sans aucune négligence. »
(Sourate 6, verset 61)

Le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- dit : « Au moment où un serviteur musulman est sur le point de quitter ce bas-monde pour entrer dans l’Au-delà, des anges aux visages blancs comme le soleil un jour d’été, descendent avec un linceul et de baumes du Paradis. Ils s’installent à son chevet et attendent l’arrivée de l’Ange de la mort. Quand celui-ci arrive, il se met près de la tête de l’agonisant et dit : « Ô âme pure, sors pour rejoindre le pardon et la bénédiction de Dieu ». Au moment de la mort, des anges se rendent auprès du Croyant pour lui annoncer son accès au Paradis ». »

 

L’âme sera retirée en douceur pour le croyant, et violemment pour l’infidèle

Allâh -Subhânahu wa ta‘âlâ- dit :
« Ceux qui disent : Notre Seigneur est Dieu, et qui se tiennent dans le droit chemin, les anges descendent sur eux au moment de la mort : N’ayez crainte et ne soyez pas affligés ; mais ayez la bonne nouvelle du Paradis qui vous était promis. »
(Sourate 41, verset 30)

« Par ceux qui arrachent violemment ! Et par ceux qui recueillent avec douceur ! »
(Sourate 79, verset 1-2)

« Ceux à qui les anges ôtent la vie, lors qu’ils sont injustes envers eux-mêmes, se soumettront humiliés, (et diront) : « Nous ne faisions pas de mal! » – « Mais, en fait, Dieu sait bien ce que vous faisiez ». »
(Sourate 16, verset 28)

« Ceux dont les anges reprennent l’âme – alors qu’ils sont bons – [les anges leur] disent : « Paix sur vous! Entrez au Paradis, pour ce que vous faisiez ». »
(Sourate 16, verset 32)

Al-Bara Ibn Azib -qu’Allâh l’agrée- dit : « Nous sortîmes avec le Messager de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- pour accompagner la dépouille mortelle d’un homme issu des Ansar à sa dernière demeure. Nous arrivâmes à la tombe avant qu’elle ne fût complètement creusée et nous nous installâmes avec le Messager -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- autour de la tombe, dans un silence tel qu’on dirait que des oiseux perchaient sur nos têtes. En ce moment, le Prophète tenait un bout de bois et perçait le sol avec. Et pu

 


Source: https://www.islamland.com/fre/articles/les-anges444